Rechercher
  • Benoît Zimmermann

Présentation de Jésus au temple: une fin de quarantaine

2 février : il y a 40 jours, c’était Noël. Cette quarantaine-là ne doit rien à la Covid… elle est biblique, selon les versets du récit de Luc, en fin de chapitre 2 : « Lorsque furent achevés les jours de leur purification, selon la loi de Moïse, ils portèrent l’enfant à Jérusalem pour le présenter au Seigneur… il y avait là un homme du nom de Siméon… »


Une quarantaine de purification. De désinfection ?

Une quarantaine qui marque une réinsertion dans la vie en société pour Marie, la nouvelle accouchée.

Une quarantaine d’offrande aussi, avec un sacrifice et, surtout, la présentation du premier-né au Temple du Dieu vivant.

Et une quarantaine qui est l’achèvement d’une longue attente et l’accomplissement d’une promesse : celle faite à Siméon, figure des justes et des humbles du peuple d’Israël, à qui l’Esprit avait signifié qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.

Pour Marie, Joseph et l’enfant Jésus, cette fin de quarantaine résonne d’un cantique nouveau : la réalisation de la promesse engendre le chant du vieux Siméon, une louange qui ouvre cette promesse à tous les peuples, qui dilate l’attente d’Israël aux dimensions du monde.


Dans la situation sanitaire actuelle, certains considèrent comme un privilège étonnant le fait de pouvoir « monter au temple » pour célébrer, de faire Eglise en présence, même embués par des masques et sous le poids d’un recensement scrupuleux des présents. On peut évidemment craindre que ce privilège ne soit pas très prudent ou peu solidaire. Il faut croire cependant que, pour certains, la célébration de l’Eglise a l’importance d’un « commerce essentiel », d’un bien de première nécessité. Et cela, il ne faut pas le galvauder.


Nous ne sommes cependant pas encore au point de voir se réaliser le moment où la fin de la quarantaine sonnera la fin du silence du chant dans les cultes… et cela navre beaucoup l’organiste que je suis. J’ose dire parfois que mon métier est actuellement amputé de sa fonction première, celle du moins qui m’a fait le choisir : accompagner le chant de l’assemblée liturgique. Dans l’attente de jours meilleurs, j’aimerais vous proposer une expérience.


Dimanche passé à Ressudens, ma collègue Isabelle Pasche a très joliment choisi de jouer en fin de culte le cantique de Siméon, version de J. S. Bach sur la mélodie luthérienne Mit Fried und Freud fahr ich dahin. La version réformée du même cantique fait partie des premiers chants suscités par Calvin : texte du poète Clément Marot, mélodie de Loys Bourgeoys, publiés pour la première fois en 1547. C’est même un des cantiques, sinon le cantique du psautier qui a le moins évolué à travers les siècles, au point d’être dans notre recueil Alléluia (14-05) dans la même tonalité et avec plusieurs rimes identiques à la version du XVIe siècle.


Pour dimanche prochain 7 février, j’aimerais proposer à celles et ceux qui le veulent de chanter les deux strophes de ce cantique en enregistrant leur voix (par exemple sur le dictaphone de leur smartphone, en fichier wav) et de me les envoyer. Je me propose alors de les mixer toutes ensemble, de passer cela lors du culte à Payerne en accompagnant à l’orgue ce chant d’assemblée reconstituée. Non pas le chant d’illustres ténors ou de grands chœurs piqués sur quelque plate-forme virtuelle, mais le chant de notre communauté paroissiale, momentanément silencieuse, mais pas moins réelle.


Le fichier audio ci-dessous ainsi que la copie de la partition pourront vous aider. Une bonne manière de procéder serait de faire jouer le fichier audio sur votre ordinateur en l’écoutant au casque, et de chanter au micro de votre smartphone. Merci alors de m’envoyer le résultat par courriel. N’hésitez pas à me contacter par les commentaires ci-dessous en cas de question.


Et pour ce soir: Bonne chandeleur, en attendant la fin de notre quarantaine musicale !

Benoît Zimmermann


PS : ne venez au culte que si vous aviez l’intention d’y venir. Je tenterai de poster ici un témoignage du résultat de l’expérience !

14-05 2 Str
.wav
Download WAV • 19.92MB

55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
 

Rue de Savoie 1
1530 Payerne

©2020 par Paroisse de PACORE. Créé avec Wix.com