Rechercher
  • danielbosshard

NOEL 2020. d'après Lucette Schulé CES REFRAINS QUE L’ON FREDONNE.

Alors que, rentrée chez moi, à l’issue de notre fête de Noël 2019 (des Unions Chrétiennes), je fredonne encore la mélodie des beaux chants de Noël, entonnés dans l’après-midi. Il fait nuit, je suis très fatiguée, mais heureuse : heureuse d’avoir pu apporter un peu de bonheur et de plénitude à mes chères grands-mamans.


Je repense à mon amie Josette qui faisait le tour des tables, embrassant chacun, chacune , les uns après les autres, quelle joie ! Ou bien celle qui me remerciait d’avoir pu chanter, elle y avait mis tout son cœur. Ou cette autre qui, reconnaissante, me disait tout le plaisir d’être venue, ou bien encore celle qui chantait tout en rangeant la salle. Quel bonheur, quel enchantement ! Pourtant, j’ai eu quelques sueurs froides, à cause des intempéries qui auraient pu en retenir plus d’une. Pensez, notre doyenne a 100 ans et elle est fidèle à nos rencontres.


Mais, venons-en au sujet principal : Noël. Noël chante dans les cœurs, il balaie nos soucis, il fait halte devant l’humble crèche, il implore les anges de nous accompagner sur nos routes mouvementées. Noël, Noël, c’est la fête qui dit : prenez courage, je suis encore et toujours avec vous, moi votre Seigneur et votre Roi. Je ne vous lâcherai pas. C’est Celui qui nous donne l’espoir et la paix. C’est Celui qui nous fascine par son exemple de vie et son enseignement. Ô Jésus, nous t’adorons, nous faisons une place privilégiée pour toi au plus profond de nos êtres de chair mais aussi d’esprit. Puissions-nous t’accueillir au sein de nos existences mouvementées, perturbées, puissions-nous te redire merci pour ta présence parmi nous car tu as dit si justement que là, où deux ou trois sont réunis en ton nom, tu te tiens au milieu d’eux.

Il ne faut pas oublier, dans notre liesse, les plus démunis, les pauvres, les émigrés, les endeuillés, les malades, les résidents des EMS. Faisons-leur une place dans nos cœurs, ayons une pensée charitable pour tous ceux que le sort n’a pas gâtés. N’oublions pas que lorsque nous rendons visite à un malade, que nous apportons à quelque autre une bonne parole, un sourire, c’est à Jésus que l’on fait cela.


Que de reconnaissance envers Dieu lui-même nous devons, car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croît en Lui ne périsse point, mais qu’il ait la Vie Éternelle.


Pour ce beau cadeau, nous Te redisons, à l’unisson un grand MERCI

Que le chant de louange à la gloire du Père,

S’élève de nos cœurs, par son amour ravis,

Et que l’hymne éternel commencé sur la terre

Exalte, glorifie, et le Père et le Fils !

31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'UNIVERS QUE DIEU A CRÉÉ. D’après Lucette Schulé.

Dans un monde de bouleversements, qui ne s’est penché sur une couvée de poussins avec ravissement ? Qui ne s’est pas réjoui à la naissance d’un enfant ? Qui ne s’est attendri sur une portée de petits