Rechercher
  • J.-C. Pradervand

2000-2020 : les 20 ans de la paroisse de PACORE

Premier culte au moulin, dernier culte à l'église catholique !


La paroisse de PACORE est née le 1er juillet 2000 ensuite de la dissolution des trois paroisses de Payerne, Corcelles et Ressudens. Son premier culte unique n'a pas été célébré dans une église mais au Moulin de Grandcour le 9 juillet 2000 dans une salle de spectacle éphémère érigée par le Choeur d'hommes comme écrin pour y fêter son 100ème anniversaire.


Dimanche après dimanche, pendant 20 ans, les cloches ont sonné. Les paroissiens ont été appelés au culte à l'église paroissiale de Payerne, à Vers-chez-Perrin, à Corcelles, à Ressudens, à Missy, à Grandcour ou à Chevroux.


Coup de tonnerre dans un ciel bleu : en application de l'ordonnance du Conseil fédéral du 13 mars 2020 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus, tous les cultes sont suspendus jusqu'à nouvel avis. Depuis le 15 mars 2020, il n'y a plus aucun culte public dans la paroisse de PACORE.


Le dimanche 8 mars 2020, c'était donc la dernière célébration : un culte unique, ou plutôt une messe avec prédication protestante. Cette célébration oecuménique a eu lieu à l'église catholique de Payerne.


Un jour les cultes et autres célébrations reprendront car :


"Tant que la terre durera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l'été et l'hiver, le jour et la nuit se succéderont sans interruption." Genèse 8 : 22


Joyeuses Pâques à chacun !

Jean-Claude Pradervand

66 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il est presque déplacé de parler de paix, en ces temps tourmentés. Mais, cependant, je voudrais évoquer la paix que je ressens, quand, assise sur une pierre, je goûte le clapotis de l’eau, je suis au

"Pourquoi Jésus est-il mort? Que fait le Saint-Esprit? Comment être sûr de sa foi? Est-ce que Dieu m'écoute? Dieu peut-il nous guérir? Pourquoi permet-il la souffrance ? Que se passe-t-il après la mor

(le texte ci-dessus paraîtra dans la page de PACORE de "REFORMES" de mars 2022) En raison des conditions sanitaires toujours incertaines au moment où la décision a dû être prise, les responsables de l