Rechercher
  • Christophe

15h00, ce vendredi 10 avril 2020. Au pied de la croix, prions !

Chers amis,

Ce matin, à 10h00, j'aurais dû conduire une prière communautaire à l'église de Corcelles,

pour marquer le souvenir de la mort de Jésus sur la croix. A la place de ce culte, je vous propose ici une prière à lire, chacun chez soi mais en communion de pensées, en ce Vendredi-Saint.

J'ai conscience que cette prière peut sembler très diaconale, ...

mais n'est-ce pas un peu mon rôle dans cette Paroisse ?

Selon l'envie du moment, chacun pourra la compléter avec une intention particulière et la terminer en récitant le Notre Père ...


Prière pour un Vendredi-Saint chez soi :

Oh Jésus,

Comme tous ces badauds sur cette colline, je me tiens là et je t’observe sur la croix.

Impuissant et résigné, je te contemple, toi l’agneau de Dieu, toi le Fils du Très-Haut qui s’offre librement en sacrifice, pour le pardon des péchés du monde …

Oh Jésus,

Tu es si seul sur cette croix… Tu le dis toi-même : tu éprouves un sentiment d’abandon.

En te regardant, je pense à toutes ces personnes âgées, à toutes ces âmes fragiles, à tous ces oubliés qui doivent souffrir d’une profonde solitude en ces temps de confinement.

A tous ces isolés, le calvaire doit sembler bien long …

Jésus-Christ, notre Sauveur, je te prie pour ceux auxquels personne ne pense et dont on ne s’occupe pas assez.

Accorde ton pardon à ceux qui, consciemment ou non, les abandonnent à leur triste sort.

Oh Jésus,

Tu es nu sur cette croix.

En te regardant, je pense à ceux qui, comme toi, sont dépouillés et démunis.

Je pense à tous ces migrants qui ont tout abandonné. Lancés sur les routes, vulnérables, épuisés, découragés, ils cherchent un sens à leur vie et un contexte décent pour la vivre.

Je pense à toutes les victimes du capitalisme, aux chômeurs, aux SDF, à tous ceux qui cherchent un moyen de survivre dans la précarité et l’insécurité.

Jésus-Christ, notre Sauveur, je te prie pour les exclus de notre société consumériste.

Je te prie pour ceux que la croissance économique a laissés sur le bord du chemin, dommages collatéraux négligés, sacrifiés sur l’autel du profit.

Accorde ton pardon à ces égoïstes qui, par avidité, marchent sur la tête de leur prochain pour monter toujours plus haut.

Oh Jésus,

Tu es humilié et torturé sur cette croix.

En te regardant, je pense à ceux que le monde méprise.

Je pense aux victimes du racisme, de discriminations, de toutes les formes de harcèlement.

Je pense aux faibles, aux illettrés, aux simples d’esprit qui ne trouvent pas de place dans un système mondialisé bâti sur la performance. Je pense à ceux que les bien-pensants rejettent, et dont le seul crime est de ne pas penser comme eux, de ne pas vivre comme eux …

Je pense aussi à tous ceux qui sont persécutés à cause de leur foi.

Jésus-Christ, notre Sauveur, je te prie pour mon prochain, même s’il est différent de moi

par son sexe, sa culture, ses traditions, sont ethnie, sa race, sa couleur, son mode de vie,


ses préférences sexuelles, sa langue, son origine sociale ou ses convictions religieuses.

Accorde ton pardon aux intolérants et aux égocentriques.

Oh Jésus,

Tu souffres sur cette croix.

En te regardant, je pense aux malades,

aux personnes en situation de handicap,

aux affamés, aux affligés, aux opprimés,

aux prisonniers, …

Je pense aussi à ceux qui consacrent leur vie à soulager celle des autres,

aux bénévoles, aux employés qui travaillent avec tout leur cœur,

mais parfois avec « la boule au ventre », pour que nous puissions être nourris, soignés et même dorlotés en ces temps pénibles.

Jésus-Christ, notre Sauveur, je te prie pour ces anges gardiens qui œuvrent généreusement dans le monde, pour que le reste de la population puisse traverser l’épreuve de cette pandémie, sans manquer de tout. Je te prie pour ceux qui paient le bonheur des autres de leur sueur,

de leur santé, de leurs larmes et parfois de leur propre sang.

Accorde ton pardon à ceux qui détournent le regard, devant la misère humaine et la détresse,

à ceux qui changent de trottoir à la vue d’une main tendue.

Oh Jésus,

Tu meurs sur cette croix.

En te regardant, je pense à ceux que le deuil accable, particulièrement en cette période difficile. Les distances dites « sociales », qu’on leur impose, les privent de tout ce qui pourrait

leur faire du bien : un baiser, une poignée de main, une caresse, un bras sur lequel s’appuyer,

une épaule sur laquelle pleurer.

Jésus-Christ, notre Sauveur, je te prie pour les familles déchirées par les séparations,

pour les victimes oubliées des conflits, pour ceux qui agonisent seuls dans la peur,

pour tous ceux qui désespèrent parce qu’ils manquent d’espérance.

Accorde ton pardon à ceux qui quittent ce monde. Pardonne leurs erreurs.

Regarde avec compassion ces enfants perdus qui reviennent dans la maison du Père.

Par la grâce de Dieu, accueille nos sœurs et nos frères dans ton Royaume d’Amour,

où la lumière ne s’éteint jamais.

Oh Jésus,

Tu nous as aimés jusqu’à la croix !

Que la douce chaleur du matin de Pâques

nous fasse oublier l’obscurité glaciale de ce temps bouleversé.

Que le soleil de ta résurrection se lève sur la nuit du monde.

Que la volonté de Dieu soit faite et que Son règne vienne !

Amen.

Que Dieu vous protège et vous bénisse.

Christophe Schindelholz




0 vue
 

Rue des Rammes 11
1530 Payerne

©2020 par Paroisse de PACORE. Créé avec Wix.com